FLASH INFOS

La réunion à Essaouira des Facultés de Droit de Bordeaux et de Rabat met en exergue l’absence d’une Université dans la Cité des Alizés

Share

eConsulat – Pour la 3ème année consécutive, c’est à Essaouira que les facultés de Droit de l’Université de Bordeaux et de l’Université Mohammed V de Rabat ont pris leurs quartiers pour une université d’été 2019 qui a choisi de débattre de “la place du Droit dans les espaces de la Culture et des Arts”.

En ouvrant ses travaux, lundi à Dar Souiri, cette université d’été a procédé à la diplomation des lauréats de la promotion 2017-2019. Promotion à laquelle les universitaires réunis à Essaouira ont décidé de donner le nom du Conseiller de SM le Roi, M. André Azoulay, en hommage à son engagement pour la cité des Alizés et pour sa démarche pionnière pour faire de la culture le moteur de la renaissance d’Essaouira.

Prenant la parole à cette occasion, M. Azoulay a dit “son immense gratitude et celle des Souiris, heureux et fiers de voir ces deux institutions prestigieuses faire le double choix d’ancrer ce Master inédit (Droit des Echanges Euro-méditerranéens) à Essaouira tout en donnant à la promotion sortante le nom d’un enfant de la cité.”

“Cette marque de confiance et cet engagement à nos côtés font chaud au cœur des Souiris et nous commandent collectivement de rappeler une fois encore notre incompréhension et notre incrédulité face à l’absence à Essaouira du tissu universitaire qui permettrait aux générations montantes de rester chez elles pour y faire leurs études et y conforter en la consolidant la renaissance et la dynamique de la ville”, a souligné pour conclure le Conseiller de SM le Roi.

M. Abdellah Ouzitane, chargé d’enseignement à l’Université de Bordeaux, a rappelé, quant à lui, que si la 1ère édition de l’Université d’été a institué et scellé la marque et l’ADN souiris, la 2è édition aura marqué la cité des Alizés par la tenue des premières soutenances des mémoires des étudiants de cette université, alors que cette 3è édition revêt une particularité, celle du parrainage de la promotion par M. André Azoulay.

Et de poursuivre que ce parrainage ”s’inscrit dans la continuité responsable et engagée s’exprimant à travers la réflexion et l’échange où chacun de nous, enseignants, encadrants et étudiants, apporte une vision du monde”.

S’attardant sur la thématique de cette nouvelle édition, M. Ouzitane a tenu à souligner qu’”Essaouira est à la fois l’art et le droit. L’art de créer, d’innover le talent de la pédagogie, en somme l’art des possibles. Elle est aussi un espace de droit. Le droit de la logique à la parité, de la lucidité et de la responsabilité face à l’obscurantisme de tous bords. Le tout a fécondé et façonné une culture, une architecture et un patrimoine original”.

Mme Ilham Hamdai, co-directrice Master “Droit des Echanges Euro- Méditerranéens”, a, quant à elle, dit toute sa joie de se retrouver à Essaouira pour une nouvelle Université d’été, que “nous comptons installer en tant que tradition bien établie, destinée à marquer la sortie d’une promotion du Master International de Droit des Echanges Euro-Méditerranéens”.

Elle a fait part également de l’immense privilège des lauréats des deux promotions parrainées (2016-2018 et 2017-2019) et en mesurent toute la portée, notant que ce parrainage les incite et les encourage à oeuvrer, dans le cadre de la carrière professionnelle dans laquelle ils s’apprêtent à rentrer, dans le sens des valeurs défendues par ce Master International : l’ouverture sur l’autre, la mobilisation des connaissances acquises dans ce cursus pour favoriser la compréhension, la coopération et l’échange entre les peuples des deux rives de la Méditerranée.

Le doyen de la faculté de droit relevant de l’université de Bordeaux, M. Jean François Brisson, a mis en avant cette vocation d’Essaouira en tant que cité accueillante et ouverte sur le monde, se disant fier de pouvoir clore l’année universitaire dans cette belle cité.

Au sujet du Summer School, il a fait savoir qu’il s’agit d’un projet académique et scientifique qui consiste à faire participer les étudiants comme acteurs dynamiques dans leurs cursus, relevant que le thème de cette année cadre parfaitement avec l’esprit et la vocation de la cité des Alizés en tant que carrefour des civilisations et haut lieu du dialogue interculturel.

Le major de la promotion 2016-2018 du Master du droit des échanges Euro-Med, Jaber Ragi El Mourtada Oukhiti, a rappelé que cette formation, outre ses aspirations académiques et professionnelles, est surtout l’expression d’une idée et d’une volonté de comprendre et de rapprocher les deux rives de la Méditerranée, précisant que l’université est la mieux habilitée pour effectuer ce rapprochement ou plus justement ce retour aux sources.

A noter que cet événement académique et scientifique d’envergure, qui se poursuivra jusqu’au 5 courant à l’espace de Dar Souiri, s’inscrit dans le cadre d’une formation (Master) visant à proposer sur le marché de l’emploi, des juristes de niveau supérieur, spécialistes des questions de droit international et qui seront susceptibles par leurs connaissances précises des enjeux économiques et politiques des relations entre l’Europe et le Maghreb, de prétendre à des fonctions de haut niveau dans les entreprises, les administrations et les organisations internationales.

La collaboration entre les universités partenaires entend ainsi répondre aux besoins de formation en droit comparé des étudiants issus des différents systèmes juridiques concernés. Le Master s’inscrit, à ce titre, dans une démarche de diffusion de l’information juridique et de constitution de bases de documentation juridique au Maghreb.

Au-delà des perspectives en termes de formation et de recherche juridique, les universités partenaires entendent oeuvrer pour une compréhension des valeurs et de la culture qui sous-tendent les institutions juridiques, participant ainsi au respect mutuel entre populations relevant d’aires culturelles différentes.

L’un des moments forts de la première journée de ce conclave, a été la cérémonie de parrainage des promotions “2016-2018” et “2017-2019″ du Master du droit des échanges euro-méditerranéens auxquelles les professeurs présents dans la cité des Alizés ont bien voulu leur donner le nom de M. André Azoulay, Conseiller de Sa Majesté le Roi.

”Le droit de l’art : l’art objet particulier du droit”, ”Art et économie : le marché de l’art”, ”Société et création artistique : limites juridiques et culturelles”, “Arts et sciences : chimie analytique des oeuvres d’art”, ”Oeuvre d’art et droit d’auteur”, ”Humour et sacré”, ”Les limites à la libre circulation des oeuvres d’art” et “La Cité d’Essaouira : les fondements historiques, culturels et artistiques du classement de la Médina par l’UNESCO en tant que patrimoine universel”, sont les principales thématiques autour desquelles graviteront les débats.

Au menu figurent également des tables rondes ainsi que des ateliers sur ”la censure” et ”la contrefaçon”, animés par les étudiants du Master.

Moâd ROCHDI

Comments

comments

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*