FLASH INFOS

Discours de SE l’Ambassadeur de Sa Majesté Le Roi du Maroc lors de la réception de la fête du trône Paris, 30 juillet 2016

Share

Mesdames et Messieurs les Ministres, Excellences les Ambassadeurs et représentants du corps diplomatiques, Mesdames et Messieurs les représentants des corps constitués, Mesdames et Messieurs les élus, Excellences, Mesdames et Messieurs, Chers amis

  • Je me réjouis de vous accueillir ce soir, à l’occasion de la célébration du dix-septième anniversaire de l’intronisation de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Cette célébration représente un moment fort dans la vie du Royaume ; elle renvoie au renouvellement du pacte d’allégeance et au raffermissement des liens profonds et multiséculaires entre le peuple marocain et ses souverains. Elle incarne l’esprit fondateur de la Nation marocaine, une nation fière de son Histoire mais résolument tournée vers l’avenir ; une nation attachée à son unité dans le respect de la diversité ; une nation qui croit aux valeurs de paix, de tolérance et de solidarité.
  • Merci à vous tous chers amis, qui par votre présence, témoignez de la considération que vous portez au Maroc et à l’amitié Maroco-française. La mémoire partagée et l’amitié profonde qui nous lient sont le catalyseur d’un partenariat d’exception, dynamique, qui se renouvelle chaque fois que nécessaire pour relever les défis communs et qui peut être source d’inspiration pour la coopération entre l’Europe et l’Afrique. SM le Roi dans le discours à la Nation à l’occasion de la fête du Trône a mis en exergue ce partenariat stratégique qui lie le Royaume à la France.

Mesdames et Messieurs,

  • Le 14 juillet dernier, en pleine célébration de sa fête nationale, la France a été victime d’un acte terroriste des plus barbares et abjects. Il y a quelques jours encore, un prêtre a été sauvagement assassiné et une autre personne grièvement blessée dans une église, un lieu de prière et d’amour, montrant ainsi qu’il n’ya pas de limite à l’horreur et à la volonté de diffuser la haine. Je voudrais ici réitérer notre condamnation la plus ferme de ces actes et exprimer toute notre solidarité et compassion aux familles des victimes. Nos pensées vont également aux nombreuses autres victimes du terrorisme, tant en France qui a été particulièrement endeuillée au courant de cette année, que dans d’autres pays d’Europe, d’Afrique, du Moyen Orient ou d’Amérique qui ont été touchés récemment. Il s’agit là d’un fléau qui n’épargne aucun pays, ni aucune communauté quels que soit sa confession ou ses origines et qui doit être combattu avec la plus grande fermeté et sans relâche.  
  • La France sait qu’elle peut compter sur l’expérience avérée du Maroc pour faire face ensemble à cette guerre contre le terrorisme. C’est le sens de la coopération accrue entre nos services de sécurité, de renseignement et de justice. C’est également le sens de tous nos efforts pour prévenir la radicalisation et promouvoir la véritable image de l’islam qui est celle de la tolérance et du respect de l’autre, totalement compatible avec les valeurs démocratiques universelles.
  • Depuis plusieurs années, le Maroc a mis en œuvre, avec des résultats probants, une stratégie globale de lutte contre le terrorisme alliant mesures de sécurité, développement économique inclusif et promotion de la tolérance religieuse. En plus du centre Mohammed VI de formation des Imams, qui accueille des imams de plusieurs nationalités, dont plus de 80 français, une Fondation des oulémas d’Afrique vient également de voir le jour avec pour vocation de favoriser la coopération et l’échange entre théologiens du Continent.

  • Le Maroc est convaincu que l’intensification de la coopération régionale et internationale est une nécessité face aux crises et aux bouleversements que connait la région. Dans ce sens, il accorde une priorité au renforcement de sa coopération avec l’Europe, comme il privilégie sa coopération avec l’Afrique. L’annonce récente au Sommet de Kigali du retour du Maroc dans l’Union Africaine est une nouvelle étape dans cette dynamique initiée depuis de nombreuses années. Elle vient conforter l’engagement du Maroc en faveur de la paix sur le continent Africain, de la solidarité face aux drames humanitaires dans les zones de conflit et d’une coopération sud-sud globale et coordonnée qui respecte l’intégrité territoriale des Etats de la région.
  • Je voudrais ici remercier à nouveau la France pour sa position responsable et réaliste tant au niveau des Nations Unies qu’au niveau de l’Union Européenne, en liaison avec la question nationale. En défendant les principes du droit international et de la justice et ceux de la paix et la stabilité, elle a fait preuve d’une proximité diplomatique et d’un soutien sans équivoque.

 Mesdames et Messieurs,

  • Dans le prolongement de ces considérations de paix et de stabilité, se situe aujourd’hui la responsabilité de la communauté internationale par rapport aux changements climatiques. L’Appel de Tanger du 20 Septembre 2015, souligne la responsabilité particulière de nos deux pays dans cette bataille, du fait de l’organisation à Paris de la COP21 et à Marrakech de la COP22. L’ambition de Marrakech est que ce prochain rendez-vous soit celui de l’action, d’abord par la ratification la plus large de l’accord de Paris, le parlement marocain vient d’ailleurs d’approuver l’accord, puis par un agenda pré 2020 qui mette l’accent sur les réponses immédiates en matière d’adaptation des pays les plus vulnérables particulièrement en Afrique. Il est attendu des avancées concrètes concernant les systèmes d’alerte précoces, l’accès simplifié aux financements, les mécanismes de développement de capacité et de transfert de technologie ou sur les questions d’adaptation qui interpellent plus directement les pays africains : l’eau, l’énergie, la sécurité alimentaire, les oasis ou les océans…

  • Cette ambition du Maroc, en tant que pays qui accueille la COP22, est le prolongement d’une politique nationale volontariste dans ce domaine. Ainsi, le Maroc, de par sa situation géographique et sa vulnérabilité aux conditions climatiques, a depuis de nombreuses années mis en œuvre une politique déterminée de mobilisation et de protection des ressources en eau. Comme, il a plus récemment initié une politique énergétique qui accorde une place particulière à l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables et a considéré l’agriculture et la sécurité alimentaire comme des secteurs stratégiques. C’est ainsi que l’objectif de 42 % fixé initialement pour la part des énergies renouvelables dans la production d’énergie électrique en 2020, a été porté par Sa Majesté Le Roi à 52 % à l’horizon 2030. Le Maroc a aussi procédé à une refonte du cadre institutionnel et  juridique en matière d’environnement. Le droit des citoyens à un développement durable a été inscrit  dans la Constitution de 2011 et une loi-cadre portant charte nationale de l’environnement et du  développement durable a été promulguée.

Mesdames et Messieurs,

  • Les liens forts qui unissent le Maroc et la France ont permis, au cours de l’année écoulée, de consolider de nombreux domaines de coopération.

  • Dans le domaine culturel, la récente visite effectuée par Sa Majesté Le Roi en France a insufflé une dynamique nouvelle marquée à la fois par l’ouverture attendue en 2018 du premier centre culturel marocain en France et par l’organisation à Paris à partir du mois d’octobre, de l’exposition portant sur « le Maroc à travers les âges », qui coïncidera avec la célébration du soixantième anniversaire de l’indépendance du Maroc. Cette exposition qui se tiendra aux invalides en collaboration avec l’Ordre de la Libération, s’inscrit dans le prolongement de celle sur le Maroc médiéval qui s’est tenue au Louvre, et témoignera des relations séculaires entre la France et le Maroc et de la dynamique que connait le Royaume depuis l’indépendance et plus récemment sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. De même, les expositions organisées au Maroc des œuvres de Giacometti et bientôt de Picasso, sont des moments forts du partenariat culturel franco-marocain.
  • La coopération en matière de formation des jeunes reste également très dynamique tant au niveau de la formation professionnelle qu’au niveau du développement des sections internationales francophones dans les lycées marocains ou de l’ouverture de filières universitaires françaises d’excellence au Maroc. De même, l’enseignement de la langue arabe en France et sa généralisation en tant que langue vivante dans l’enseignement français constitue un axe de coopération privilégié entre les deux pays. 

  • Les liens économiques se sont également consolidés au cours de ces dernières années et on peut se réjouir de voir le partenariat entre la France et le Maroc prendre de nouvelles formes, notamment industrielles avec la montée en charge de la filière automobile et aéronautique mais aussi dans d’autres domaines comme l’agro-industrie ou la ville durable ; ce qui démontre combien une approche économique concertée de co-localisation, permettant un partage des chaînes de valeur, peut aider à améliorer la compétitivité globale et augmenter les bénéfices de chacun. L’ouverture économique du Maroc sur son environnement international et particulièrement africain est également porteur de nouvelles opportunités pour le partenariat économique franco marocain.
  • Enfin, les réformes territoriales engagées au Maroc et en France, ont ouvert la voie à une coopération territoriale renforcée marquée par la mise en place d’un nouveau fond conjoint dédié à la coopération décentralisée ainsi que par la tenue à Marrakech en décembre prochain de la troisième édition des Assises franco-marocaines de la Coopération décentralisée. Dans le cadre de la régionalisation avancée, les régions marocaines ont vu leurs pouvoirs renforcés sur les plans politique, économique et social, avec des compétences plus larges, des ressources propres plus importantes et un surcroit de légitimité du fait de leur élection pour la première fois au scrutin direct. Les provinces marocaines du Sud sont en première ligne pour la mise en œuvre de cette réforme. Elles font l’objet d’un vaste programme de développement dont le montant s’élève à plus de 7 milliards d’euros, avec l’ambition d’en faire une plateforme importante dans les échanges Europe-Afrique du Nord et Afrique sub-saharienne. 

Mesdames et Messieurs,     

  • Avant de conclure, permettez-moi de rendre hommage à la communauté marocaine installée en France qui est entourée par la Haute sollicitude de SM le Roi Mohammed VI comme en témoignent les visites effectuées par le Souverain au Consulat général du Royaume à Orly en mars dernier, ainsi que celle plus récente au port Tanger Med pour s’assurer du plein succès de l’opération Marhaba 2016 ou l’intérêt particulier accordé par le Souverain à la Communauté marocaine résidant à l’étranger dans le Discours Royal de ce matin.
  •  La communauté marocaine dans sa diversité, s’inscrit dans une démarche d’intégration et du « vivre ensemble » et reste attachée à son pays d’origine et à son pays d’accueil. Elle participe au rayonnement du Maroc et de la France. Il convient aujourd’hui de la protéger contre les amalgames de toutes sortes et d’éviter de céder aux tentations de la stigmatisation.
  • Permettez-moi également de remercier nos amis français, hommes et femmes politiques, représentants du monde économique, des collectivités territoriales, de la société civile qui par leur dynamisme et leurs initiatives confortent et renouvellent  la relation France-Maroc. Une relation à la hauteur de nos ambitions, ouverte sur son environnement et confiante en  son avenir. 
Je vous remercie pour votre attention ; Vive le Royaume du Maroc, Vive la République Française et Vive l’amitié maroco-français.
Par Rédaction
Moâd ROCHDI
econsulat.MA

Comments

comments

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*